Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2016

De l'église au supermarché

1517880-2024006.jpg?v=1289459864Autrefois le dimanche, les Français allaient spontanément à l’église. Aujourd’hui, ils vont spontanément au supermarché. Spontanément, en effet. Cela va de soi puisqu’il faut remplir le frigidaire afin de nourrir la famille. La semaine, n’ont le temps de faire les courses ni le père ni la mère – devenue, comme lui, un simple salarié des temps modernes avec matricule. Aller à la messe, c’est aujourd’hui ringard : attention aux moqueries. Aller à la mosquée, alors là, c’est forcément pour préparer une attaque à la bombe, dirons les Occidentaux aucunement initiés à la théologie qui, après le « touche pas à mon pote » scandé par leurs parents dans les années 1980, devraient inventer une action nommée : « Touche pas à ma France américaine ! » Qu’il n’y ait, à côté de ça, plus de caissière – ni de caissier ! – au poste d’essence du supermarché ne doit pas les offusquer. C’est certes un emploi en moins, mais que cela change-t-il dans notre quotidien ? Que je ne puisse pas, en revanche, mettre de l’essence à n’importe quelle heure de la journée, même en pleine nuit, c’est inadmissible ! Il faut préférer unanimement, à l’humanité, la disponibilité permanente des machines… Anthony Michel - Extrait de Anarchiste conservateur

Les commentaires sont fermés.