Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2013

Esprits : Mediums, Extrait 2

Les chaises des visiteurs formaient cinq rangs devant les tables de l’assistance médiumnique. Les jeunes Croix-roussiennes s’assirent au deuxième rang, tout à gauche. A partir de là, Emma allait éprouver beaucoup de sensations étranges. Ses mains posées sur ses genoux, l’étudiante ressentait des vibrations dans tout son corps. Elle se trouvait, de surcroît, un peu immobilisée mais ne cherchait pas, pour autant, à bouger.
Quelques minutes après, les médiums s’installèrent autour des tables. Les jeunes filles furent surprises par leur nombre, ils étaient une quinzaine ! Un silence envahit la salle. Les médiums, assis, les yeux fermés, semblaient se concentrer. Puis une femme prit la parole. Elle avait les cheveux dorés, ondulés jusqu’aux épaules. Un large sourire illuminait son visage. D’une voix douce, elle présenta le déroulement de la séance.
C’était au tour d’un homme, assis à sa gauche, de prendre la parole. Lui, il lut le passage d’un livre intitulé Après la mort, de Léon Denis. :

"L'univers est une arène où l'âme lutte pour son élévation ; elle l'obtient par ses travaux, par ses sacrifices, par ses souffrances. (…) Ce que l'être doit chercher dans sa course, c'est à la fois la science et l'amour. Plus on sait, plus on aime, plus on s'élève. La souffrance nous oblige à étudier, pour les combattre et pour les vaincre, les causes qui la font naître, et la connaissance de ces causes éveille en nous une sympathie plus vive pour ceux qui souffrent.
(…) Tous les maux de la vie concourent à notre perfectionnement. Par l'humiliation, les infirmités, les revers, lentement, le mieux se dégage du pire. C'est pourquoi il y a ici-bas plus de souffrance que de joie. L'épreuve trempe les caractères, affine les sentiments, dompte les âmes fougueuses ou altières."


Plus d'infos sur ESPRITS : MEDIUMS sur la Page Fan Facebook

En vente ici ou près de moi.

26/08/2013

Esprits : Mediums, Extrait 1

La porte du hammam s’ouvrit, un couple entra. Les stagiaires durent interrompre leur conversation. Elles échangèrent quelques phrases cordiales avec les adhérents. Soudain, la lumière du hammam s’éteignit. Chloé se mit à ricaner nerveusement. Quant à Emma, elle put, à tâtons, atteindre la porte et invita le couple à sortir. Puis la voix de Vanessa, la commerciale, se fit entendre dans les hauts parleurs. Elle annonçait que le centre allait bientôt fermer. Les derniers baigneurs quittèrent l’espace. Les amies se retrouvèrent seules dans la zone. Chloé proposa à son amie d’aller informer le responsable technique qu’il y avait un problème d’éclairage. Or, au moment où, suivie d’Emma, elle allait franchir la porte, celle-ci se referma violemment. Ce sont toutes les lumières qui maintenant s’éteignirent, plongeant la pièce dans l’obscurité.
Chloé tremblait. Emma, pour cette raison, lui saisit le bras et tenta de la calmer.
— Bon, nous n’avons pas peur ! Nous savons comment tout ça fonctionne. Si vous voulez juste vous amuser, trouvez quel-qu’un d’autre à impressionner ! Si, en revanche, vous avez besoin d’aide, je suis à votre écoute. Mais dans tous les cas, vous n’êtes pas censés rester là à faire ce genre de choses.
Un silence suivit. Les lumières se rallumèrent et la porte s’ouvrit doucement. La blonde amie d’Emma se précipita à regagner les vestiaires et s’habilla en moins de deux minutes. Elle n’en menait pas large. Très sérieusement, elle lança :
— Je ne mets plus un pied dans cet endroit !
— Allons Chloé…. Ça n’arrivera plus, tu verras. On va trouver une solution pour savoir ce que c’était et… résoudre le problème !

Plus d'infos sur ESPRITS : MEDIUMS sur la Page Fan Facebook

En vente ici ou près de moi.

23/08/2013

La loi selon Martin Luther King

Martin-Luther-King-Jr-9365086-2-402.jpg

"Une loi ne pourra jamais obliger un homme à m'aimer
mais il est important qu'elle lui interdise de me lycnher."
Martin Luther King

20/08/2013

Esprits : Mediums, ma nouvelle parution

968893_142126549328911_601713627_n.jpgDécouvrez sur cette page Facebook le roman sorti cet été dont je suis co-auteur avec Justine Deffontis.
Il s'agit du premier roman d'une trilogie sur le spiritisme, la philosophie fondée par le Lyonnais Allan Kardec (1804-1869).
La trilogie se nomme Esprits. Les trois tomes ont/auront pour noms Médiums, Au-delà et Réincarnation.
L'objectif est de faire découvrir le spiritisme à travers un roman populaire : une étudiante lyonnaise va se découvrir médium. Du fantastique, du spirituel, avec un peu d'humour et histoire d'amour.
Sur cette page Facebook mais aussi ici, vous retrouverez des extraits et anecdotes. Anthony

Retrouvez sur le site TBE toutes mes parutions en vente jusqu'à ce jour. Vous pouvez aussi me contacter pour la vente puisque c'est de l'auto-édition.



17/08/2013

Le peuple philosophe

"Le peuple n'a jamais fait autre chose que prier et payer :
nous croyons que le moment est venu de le faire philosopher "
(Pierre-Joseph Proudhon, De la justice dans la Révolution et dans l'Eglise)

12/08/2013

Citation dans L'Anarque

Dans mon prochain essai intitulé L'Anarque, qui sort dans un mois maximum, j'écris (avec ensuite explications) :
"Il vaut mieux ne pas croire en Dieu mais agir comme celui qui y croit
.
plutôt que d'y croire et avoir l'attitude de celui qui n'y croit pas."

07/08/2013

Le pouvoir : une fin, non un moyen

Big-Brother.png
"Le pouvoir n'est pas un moyen, il est une fin. On n'établit pas une dictature pour sauvegarder une révolution. On fait une révolution pour établir une dictature.
La persécution a pour objet la persécution. La torture a pour objet la torture. Le pouvoir a pour objet le pouvoir." (George Orwell - 1984)

05/08/2013

Résister, selon Robespierre

images?q=tbn:ANd9GcTS8GA6AgtMBsGGxNkC_4cldF2FmoeNoyT4dvk0nPTBt_B0mU-qhlWuYImvcQ
"On résiste à l'invasion des armées, on ne résiste pas à l'invasion des idées." (Maximilien Robespierre)

02/08/2013

Le socialiste travailleur et le socialiste imposteur

" Nous avons le socialiste travailleur et à la tête vide :
il veut supprimer la misère sans comprendre ses implications.
Et d’autre part, le socialiste qui veut supprimer la misère de toutes les manières possibles
mais qui se sert de cette misère pour ses propres intérêts. " (George Orwell - Le quai de Wigan)