Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2013

Marinaleda, un modèle d'autogestion unique en Europe

escudo.gifEn quoi ce projet est-il singulier et créatif ?

Le système est simple : les habitants ont créé une coopérative qui ne redistribue pas les bénéfices. Le salaire des travailleurs (de tous les travailleurs, quel que soit le poste qu'ils occupent") est de 47 euros par jour, six jours par semaine, à raison de six heures et demie de travail quotidien -c'est à dire 1128 euros par mois-. Mais lesdits travailleurs n'ont pas besoin de dépenses, car ceux qui sont inscrits au plan du logement de la mairie paient 15 euros par mois pour leur maison.

Les maisons sont construites sur des terrains municipaux. Celui qui fait la demande s'engage à construire sa propre maison, mais il est aidé par un chef de chantier et un architecte rémunérés par la mairie. Un accord avec le gouvernement régional d'Andalousie permet de fournir les matériaux. En deux ou trois ans les travaux sont terminés, la maison appartient à celui qui l'a bâtie, et il n'a plus qu'à payer 15 euros par mois.

Quelle est la plus-value sociale du projet ?

Il n'y a pas de vandalisme, par exemple, parce que tout a été construit par les gens du village. Si un jeune ou son père ou un ami a installé un banc, il n'y a pas de raison de le dégrader ou d'y faire des graffitis. Le fait que les budgets soient approuvés par tous contribue également à l'absence de délinquance"

Quel est le potentiel de déploiement de cette initiative ?

L'approche développée par cette ville est parfaitement reproductible à grande échelle. Le maire de la ville, Juan Manuel Sanchez Gordillo, explique très bien cela "Les gens sont surpris lorsqu'ils voient qu'ici qu'il n'y a presque pas de chômeurs et que tout le monde a sa propre maison. Mais c'est pourtant ça qui est normal. Ce qui n'a pas de sens c'est ce qui se fait ailleurs. Et qu'on ne vienne pas me dire que notre expérience n'est pas transposable : n'importe quelle ville peut faire la même chose si elle le souhaite." http://imaginationforpeople.org/fr

22/03/2013

La solitude, par Jean Genet

« La solitude, comme je l'entends, ne signifie pas condition misérable mais plutôt royauté secrète,
incommunicabilité profonde mais connaissance plus ou moins obscure d'une inattaquable singularité »
Jean Genet

17/03/2013

Jean-Claude Michéa et Janette Habel sur Hugo Chavez


Les matins - Jean-Claude Michéa et Janette Habel par franceculture

06/03/2013

Fidélité à Hugo qui nous a quittés

306140_10200795753718939_1979524613_n.jpg« Parmi les éléments qui pourraient définir le socialisme du XXIe siècle, je dirais que la première caractéristique est l’élément moral. Il faut commencer par cela, par la conscience, par l’éthique. (…) Ce que je dis là tient sans doute beaucoup du christianisme : « Aimez-vous les uns les autres » ou « Aimez votre prochain comme vous même ». En réalité, il s’agit de ceci : de la solidarité avec le frère. Il s’agit de la lutte contre les démons que le capitalisme a semés : l’individualisme, l’égoïsme, la haine, les privilèges. (…) Je suis chrétien et je pense que le socialisme doit se nourrir des courants les plus authentiques du christianisme. » (feu Hugo Chavez)

04/03/2013

Le Portugal révolté

portugal-flag.gif
Sur des banderoles de Portugais révoltés tout récemment, on pouvait lire :
"Qui s'endort dans la démocratie, se réveille dans la dictature."

02/03/2013

Nouvel extrait de Mes séances de misogym au sommet de la cordillère misandre

couv-products-65134.png

Si la vie était une route alors elle n’aurait aucun sens formel. Ou alors ce serait une route à sens unique… celle qui nous mène de la naissance à la mort.
Il ne faut pas avoir peur de la mort. Et pour cause, admettons que tu meurs de peur. Ration double pour la peur ! Elle ne mérite pas tant d’intérêt.

Comme on ne peut chasser la mort, qu’on chasse au moins la peur.
Effectivement, on
ne peut chasser la mort. En revanche, on peut mourir en chassant. Suffit qu’un bastos de ton ami chasseur rencontre ta bidoche par accident, tu calenches. Et ton ami, jusqu’à la fin de sa vie, s’en voudra à mort.

Mourir ? C’est la vie. Vivre, c’est mourir à feu doux.
Je te l’accorde : pour Jeanne d’Arc, ils avaient monté la température.

Je pense que, de là où Jeanne nous entend, le fait que son histoire ait traversé les siècles doit lui réchauffer le cœur…
Aussi bizarre que cela puisse paraître, la fin de l’histoire de Jeanne me fait froid dans le dos.

Livre disponible à la vente (11x20 cm, 62 pages).
Son prix est de 13 € frais d'envoi inclus.
Envoi sous 3 jours à partir de la réception du paiement.


Payer par chèque ?
Laissez-moi un commentaire, je vous enverrai l'adresse où envoyer le chèque.

Payer par PAY PAL ? Effectuez un versement à l'adresse courriel suivante : anto.mi@wanadoo.fr. N'oubliez pas de me transmettre votre adresse postale si celle indiquée sur le relevé de transaction Pay Pal n'est pas la bonne.