Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2015

La Confiance en l'Esprit, extrait de la partie 3

couv-products-115079.pngLa Décence ordinaire et partagée ou, plus court, Décence commune est, selon le philosophe contemporain Jean-Claude Michéa, un « sentiment intuitif des choses qui ne doivent pas se faire, non seulement si l'on veut rester digne de sa propre humanité, mais surtout si l'on cherche à maintenir les conditions
d'une existence quotidienne véritablement commune » (Impasse Adam Smith). La Décence commune est un concept de l'écrivain et journaliste anglais George Orwell (1903-50) qui, dans sa langue, parlait de Common decency.
Ce sont ses rencontres avec notamment les mineurs de Wigan (ville du nord de l'Angleterre) et durant son engagement dans la Guerre civile espagnole (1936-39) qui vont nourrir cette précédente notion. Parce que, dans Décence commune, il faut entendre commune comme populaire. Les hommes qui incarnent cette décence sont effectivement les hommes ordinaires issus des classes populaires.
A présent, réfléchissons sur la notion de décence. Ce qui est décent est le minimum raisonnable (d'où un sentiment intuitif et un exemple de lien entre intuition et raison, qu'on va approfondir plus loin). Ce qui est décent est une situation digne ou une action visant à rétablir ou défendre une part de dignité propre ou d'un autre individu. Notons un lien étymologique entre digne et décent : décent vient du latin décet, et décet a pour dérivé dignus signifiant digne.
En outre, décet veut dire convenir, autrement dit venir avec. Ce qui en premier lieu « vient avec » la naissance de l'homme et donc de ce que lui-même va nommer existence est sa conscience notamment morale. On peut comparer la décence commune à une convenance naturelle (et nécessairement partagée puisqu'il faut être au moins deux pour dire ce qu'il convient ou est naturel de faire). Ce naturel est évidemment existentiel, on ne parle pas de la nature dans le sens de l'univers avec ses forêts, ses mers et ses êtres vivants. Cependant, il s'agit, par la convenance naturelle, de relever une « nature morale » de base, propre à l'être social. Elle est partagée, car commune, reconnue comme bienfaisance relative à un bagage éthique élémentaire. Celui-ci est hérité d'un conditionnement qui dépasse les générations et reste actif parmi les classes populaires malgré l'indécente menace de l'oligarchie mondiale actuelle, phénomène politique inédit dans l'histoire et à rapporter aux déshumanisantes mutations, toutes aussi inédites, du capitalisme.


La Confiance en l'Esprit - 72 pages, 12x18 cm - est disponible sur TheBookEdition
ou auprès de moi : 14 € format papier, 6 € format PDF. Contactez-moi sur Facebook
ou à anto.mi@wanadoo.fr. L
e paiement peut se faire par chèque ou Paypal.

Les commentaires sont fermés.