Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2014

Toni Truand 1, Le Cirque du Pote disparu : nouvel extrait

couv-products-9026.pngUn mecton style mailloche entra, d’une taille d’au moins un mètre nonante. Un crâne rasé. Il s’installa au compte égouttoir (décontraction de comptoir) et se mit à regarder chaque personne qui se trouvait à cet instant dans le rab. Une par une, des pieds jusqu’à la frimousse.
Ce fut le tour à ton Toni ! Ce n’est pas que je me faisais des idées, tu vois, mais il s’attardait sur mégnace. Homo ? Je ne pouvais le savoir en vérité. Je flippais.
Eh mais voilà qu’il s’approcha de ma bouille. Il croyait peut-être m’impressionner. Certes, je suis plus petit que lui mais costaud quand même !
Tu ne me croiras pas si tu ne veux pas, mais il me demanda si j’étais bien Toni Truand. J’étais scié encore une fois. C’est moi normalement qui cherchais des gens ! Il me dit de le suivre. On devait sortir à l’extérieur (le contraire serait difficile). Il fallait sans nul doute que je me méfie davantage. Quand un gnaf comme ça débarque et te dit ton nom sans que tu le connaisses ni dedans ni Dave, eh bien tu ne sais pas trop ce qui va t’arriver. Certes, je fais présentement un peu trop de sensationnel mais c’est tentant, tonton, de succomber à la tentation d’ajouter un petit peu de piment.
Je n’aime pas les piments ! Mais j’aime les pâtes, le foie quand il est gras, le vin quand il est blanc et le chèvre quand il est sec. Je suis sensible également au chocolat de préfet rance noir.
J’aime, j’aime pas. Dans une converse ordinaire, je me demande des fois si chacun d’entre nous ne passe pas son temps à énumérer, en vrac pour les plus brouillons, ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas. Ledit dialogue se résume quelquefois à un échange à caractère évaluatif sur ce que les deux communicants ont de commun (j’aime et tu aimes aussi) et sur ce qu’ils ont de différent (j’aime mais toi tu n’aimes pas). Je raffole de mes explications à deux Yen sur la communication, pas toi ?
Une fois que j’eusse mis le nez dehors, la grande armoire sans cheveux m’agrippa les deux louches assez viol-amant puis osa me dire :
—    Suis moi.
Il avait un sens de l’humour remarquable et culotté. Je n’avais pas le choix d’obtempérer étant donnée la façon dont il me tenait, comme il me traitait. Ce genre de gus me faisait penser aux débiles néo-nazis qu’on devrait adéquatement nommer néo-nazes. Le pléonasme est certain. Ceci dit, j’arrête ces subtilités. Elles sont à l’opposé des idées péjoratives que défendent ces énergumènes.

Le Sphynx Toni Truand, Le Cirque du Pote disparu - 191 pages, 14,8x21 cm - est disponible auprès de moi (contactez-moi sur Facebook ou à anto.mi@wanadoo.fr) ou bien sur TheBookEdition.
Auprès de moi, le paiement - de 17 € frais de port inclus - peut se faire par chèque ou Paypal.

Les commentaires sont fermés.