Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2012

Prenons la voie des hommes libres

flat,550x550,075,f.jpgSaint-Just a écrit : « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté ! »
Par conséquent, si nous ne respectons point la liberté des ennemis de la liberté, devenons-nous pas nous-mêmes des ennemis de la liberté ?
Ne pas respecter la liberté d'autrui, c'est ne pas respecter un attribut de l'homme qui le distingue de l'animal : sa conscience. Car sans conscience ni de langage, point de liberté pensée et encore moins défendue !
Notre irrespect de la liberté des ennemis de la liberté doit se faire alors uniquement au nom de la liberté des victimes de ces derniers. Comme s'il s'agissait d'enlever la liberté à quelqu'un pour la remettre à un autre. Est-ce bien possible néanmoins ? Car l'ennemi de la liberté, de par ses agissements, respecte-t-il celle qui lui est propre ? Dramatique constat de l'absence de liberté aussi bien chez les ennemis de la liberté que chez leurs victimes. Il faut bien, avec une partie d'entre elles n'ayant point leur liberté spirituelle totalement éteinte, incarner une troisième voie : les non-alignés à l'asservissement et aux différents diktats, les non-aliénés absolus.
Tant qu'une poignée d'individus – même malmenés – parviennent à trouver quelques morceaux de bois afin d'éclairer un feu, celui de cette liberté essentielle à l'être en quête d'humanité, l'espérance subsiste...
Louison Chimel

 Site de vente de mes livres 
 Mon profil Facebook

Les commentaires sont fermés.